mercredi 1 avril 2015

"Un monde sans amour est aussi un monde sans enjeux."

Delirium, livre 2 - Lauren Oliver

Lena vit dans un monde où le gouvernement impose aux jeunes de 18 ans une opération pour les immuniser contre l’amour. A la veille de son opération, Lena découvre ce sentiment interdit avec Alex et ensemble ils décident de s’enfuir. Mais seule Lena y parvient. Après s’être échappée de Portland dans le Maine, Lena rejoint une communauté d’Invalides - les résistants au système - réfugiée dans la Nature. Là-bas, elle se transforme en guerrière de la résistance. Un futur sans Alex semble d’abord inimaginable, mais Lena va de l’avant. Elle combat pour lui et pour un monde où l’amour ne serait plus considéré comme une maladie. Entraînée dans un mélange explosif de révolution et de contre-insurrection, Lena doit lutter pour survivre et croire encore que l’amour est possible, et plus encore : souhaitable...

Le tome 1 de cette saga avait été un véritable coup de cœur pour moi. Ce deuxième tome confirme qu'elle est une des meilleures du genre (avec Les éveilleurs de Pauline Alphen, n'est-ce pas?). 
J'ai attendu presque un an avant de lire ce tome 2. Il me fallait au moins ce temps là pour me remettre de la fin du tome 1... C'est à peu près le temps qui est passé pour Lena lorsque ce tome commence. On alterne entre des chapitres du passé qui se passent juste après que Lena soit passée dans la Nature, et des chapitres du présent qui se passent un an plus tard à peu près. J'ai aimé cette alternance qui ajoute au suspense. Au début on ne comprend pas du tout comment Lena a pu arriver où elle en est et c'était captivant d'essayer de savoir. Et grâce à cette alternance on ne s'ennuie pas une seconde.
Dans le "passé" on découvre la vie de Lena parmi les Invalides. On découvre ce nouvel aspect du monde de Delirium, son organisation, ses règles, ses dangers. On a presque l'impression d'être dans une autre dystopie tellement les différences sont grandes. Lena se remet doucement de ce qui lui est arrivé à la fin du tome 1. Elle ne s’apitoie pas sur son sort, elle est forte, elle est cohérente. C'est ce qui fait la force de l'écriture de Lauren Oliver. Tout est plausible, tout s’emboîte parfaitement. La façon dont Lena réagit est la façon dont j'ai l'impression que je réagirai si j'étais dans sa situation. Oui bien évidemment elle est triste mais si elle veut survivre il faut continuer d'avancer et c'est ce qu'elle fait. 
Dans le "présent" elle retourne à la société. Là encore nous allons découvrir beaucoup de choses sur le monde de Delirium. Cette histoire est plus riche et complexe que ce que l'on imagine à la base. Encore une fois tout est cohérent, tout est travaillé, tout est intelligent. Je ne veux pas trop en dire, je veux vous laisser découvrir. Il y a plus d'actions dans cette partie que dans tout le reste de l'histoire et on découvre des nouveaux personnages dont on tombe très rapidement sous le charme. 
Evidemment on a de grosses (très grosses!) révélations. Et cette fin! Un cliffhanger digne du tome 1 : mon cœur s'est encore arrêté de battre.

Logo Livraddict

Aucun commentaire:

Publier un commentaire